Prépa French Tech Tremplin, découvrez les participants !

Prépa French Tech Tremplin, découvrez les participants !

Le programme French Tech Tremplin vise à optimiser les chances de réussite de populations jusqu’ici sous-représentées dans le milieu entrepreneurial.

 

Pour que l’écosystème French Tech soit aussi riche et pluriel que la société dont il est issu, le programme se présente en deux parties ; La Prépa, une formation intensive de 2 semaines pour acquérir les compétences clés pour étoffer son projet, du concept au prototype testé sur le marché, et l’Incubation, un accompagnement d’un an dans un incubateur, du mentorat et un premier financement.

 

La première saison du programme a permis d’accompagner plus de 300 projets portés par des lauréats venus de toute la France. La saison 2, lancée ce lundi 18 octobre, a pour ambition d’augmenter ce chiffre à 500 projets participants.

 

La Prépa est une première immersion dans l’écosystème Start-up et dans le monde de l’entrepreneuriat. Les participants pourront découvrir les codes de ces univers, accéder à une multitude d’outils qui leur permettront de développer leur projet, et rencontrer aussi bien des entrepreneurs aguerris que d’autres porteurs de projets en herbe.
Pour les accompagner, 4 structures locales ont été sélectionnées : Les Déterminés, l’Accélérateur M, l’incubateur de la Belle de Mai, et les Premières Sud

 

 

Les participants : 

 

 

Waël Dehmani : Purpi, une solution intelligente pour redynamiser les commerces de centre ville en misant sur l’intelligence artificielle pour améliorer les avantages clients.

 

 

 

 

 

 

 


Laurent-Henri Gremet,
Photoglide, une application de partage de photos de sports aquatiques de surface, pour permettre une mise en contact entre les photographes et les surfers, par le biais d’un moteur de recherche par lieu et par date des clichés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Olga Sawadogo, Nice Eats, une marque de nutrition sportive naturelle et healthy food, des plats cuisinés, snacks et boissons diététiques adaptés aux besoins des sportifs.

 

 

 

 

 

 

 

Moinahanfia Djoumoi, Haltere It, une plateforme de coaching sportif et nutritionnel dispensée par des coachs privés présents de 7h à 23h, 7j/7, personnalisé et personnalisable, via les échanges des données de vos montres connectées.

 

 

 

 

 

 

 


Germain Leveque,
PASS LAS ton année ! Un accompagnement des étudiants en première année des études de santé (PASS/LAS) avec des méthodes personnalisées. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blevie Meyia Lecchesi, Bebepetitsecret, un concept mis en place afin d’introduire les langues aux enfants de manière ludique. Il est destiné pour les enfants à partir de 3 ans mais surtout pour les parents et enseignants afin qu’ils puissent aider et accompagner l’enfant lors de l’apprentissage des langues.

 

 

 

 

 

 

 

Maureen Bernard, Toode, une plateforme numérique et une application de réservation d’activités originales pour le jour même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aby Sene, qui lance une marque de chaussures à talons sur mesure, faites en cuir végétal et impression 3D. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selim Kebaïer, Sport Data Scouting, une plateforme qui permet aux recruteurs de sports professionnels d’optimiser le ciblage de leurs futures recrues. L’algorithme est réplicable pour n’importe quel sport, à condition d’avoir accès aux statistiques des joueurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mélika Benaceur, Mon Mandat, une réponse à la complexité des nouvelles règles de gestion induites par la fusion entre les instances représentatives du personnel et l’instauration des CSE. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Véronique Lachaize, A5 Sciences, qui propose un parcours scientifique complet à ses clients à la recherche d’une expertise scientifique de pointe pour la caractérisation et l’analyse de surface d’échantillons de nature biologique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Iris et Chahrazad Merabet, Zêta, Une plateforme qui vise à réconcilier les gens qui se perdent de vue ou se bloquent, ou se “ghostent”, sur les réseaux sociaux. 

 

 

 

 

Jeanne Roques